Pour réduire l’impact négatif du covid-19

L’UNICEF et le PAM vont dépenser près de 3 milliards Cfa pour 32500 ménages et 7563 femmes

Le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) ont lancé jeudi dernier (25 mars 2021) des opérations de transferts monétaires en faveur des groupements féminins vulnérables pour atténuer les conséquences socioéconomiques du COVID-19. Ce premier paiement a concerné 182 femmes dans la capitale malienne.

Pour la Représentante adjointe par intérim de l’UNICEF au Mali, Mme Macoura Oularé, il s’agit d’une «réponse d’urgence» qui vise à apporter un soutien au ministère malien de la Santé et du Développement social afin de «répondre aux besoins massifs générés par la pandémie du COVID-19».

Au total, ces transferts visent 32 500 ménages et 7 563 femmes membres de 310 groupements féminins avec une enveloppe globale de plus de 17 millions d’euros. Initiées dans le cadre du projet conjoint UNICEF/PAM intitulé «Réagir à la pandémie de COVID-19 par les systèmes de protection sociale au Sahel», ces opérations sont financées par la coopération allemande (BMZ) en soutien aux efforts du gouvernement du Mali pour non seulement  faire face au COVID-19, mais aussi renforcer les systèmes de protection sociale adaptive.

Pour le PAM et l’UNICEF, il s’agit, entre autres, de fournir des transferts monétaires essentiels aux personnes vulnérables touchées par les conséquences socio-économiques du COVID-19, en adoptant une double approche dans la fourniture de transferts monétaires et la mise en œuvre de services complémentaires, prévenir la détérioration de l’état nutritionnel des femmes et des enfants les plus vulnérables et les protéger contre la violence, les abus, l’exploitation, la discrimination et la négligence.

«L’appui aux systèmes vise à créer un environnement propice à l’élargissement durable de la couverture et à l’amélioration de la capacité à faire face aux chocs récurrents à moyen et long terme, qu’ils soient liés au COVID-19 ou de nature différente», ont indiqué les deux organisations. Pour Mme Macoura Oularé les femmes des membres des groupements EPC (épargne pour le changement) de la commune 3 de Bamako qui ont recevoir leurs montants respectifs par payement mobile sont «le symbole vivant de toutes ces braves femmes qui contribuent activement au support familial à travers le pays».

Selon des statistiques du ministère de l’Economie et des Finances, le COVID-19 a eu des conséquences catastrophiques en termes d’impact économique et social surtout sur les ménages les plus pauvres. Pour atténuer les conséquences des mesures préventives, qui ont privé une grande partie des populations vulnérables de leurs moyens de subsistance, les autorités maliennes ont pris une série de mesures sociales et économiques dont l’efficacité est contestée par de nombreux observateurs.

Oumar Alpha

Le Matin

Read Previous

CHAN 2020 : Le président Bah N’Daw réaffirme aux Aigles locaux la reconnaissance de la patrie

Read Next

Tombouctou : Sensibilisation sur le contenu de la résolution 2531

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *