Rencontres théâtrales à Bamako : Une initiative du centre culturel ACTE SEPT afin d’inciter les jeunes à travailler de façon professionnelle pour produire des spectacles

Du 26 au 29 mars 2021, le centre culturel ACTE SEPT a organisé en son sein sis au quartier Hamdallaye ACI 2000 de Bamako, les rencontres théâtrales afin d’inciter les jeunes à travailler de façon professionnelle pour produire des spectacles. Plusieurs personnalités ont pris part au premier spectacle tenu le vendredi 26 mars 2021. Parmi ces personnalités, on peut citer l’ancien premier ministre du Mali, Moussa Mara, le directeur de ACTE SEPT, Adama Traoré, metteur en scène, le cinéaste burkinabé Ildevert Méda et bien d’autres. Environ, 400 personnes ont pris part à ces rencontres théâtrales à Bamako.

Le premier spectacle de ces rencontres théâtrales a été animé par Sian Wa Isabelle Koné, comédienne et Actrice professionnelle, diplômé en licence professionnelle en théâtre au conservatoire des arts et métiers Multimédia Balla Fasseke Kouyaté de Bamako. Son titre s’appelle « MON TÉLÉPHONE », le portable, cette addiction du monde moderne, à la fois ouverture au monde et prison, une révolution numérique avec des dérives : intrusion dans la vie privée, cyber harcèlement, photos détournées, rumeurs, moqueries, insultes, publications de photos et vidéos intimes. C’est ce qui finit par arriver à deux copines qui voient publier, à leur insu, une vidéo de leurs ébats sexuels. Elles pensaient que s’exhiber dans un cadre privé les protégerait. Que nenni ! Un avertissement. Car ce phénomène touche principalement les filles. Durant sa présentation, elle a mis l’accent sur le côté dangereux des réseaux sociaux. Une présentation beaucoup appréciée par les cinéphiles.

Après la présentation, l’organisateur de l’événement, Adama Traoré, metteur en scène et directeur de la compagnie Acte Sept de Bamako et du festival du Théâtre des réalités, a bien voulu nous accorder une interview dans laquelle il indique que les rencontres théâtrales, c’est les premières sur scène, c’est de mettre en avant les jeunes et de voir qu’est ce que cela peut donner.

Selon lui, l’un des objectifs de ces rencontres théâtrales est de montrer les pépinières et amener certains à prendre l’envol sur le plan professionnel. «Nous essayons de les amener à travailler de façon professionnelle pour produire des spectacles qui peuvent être programmés dans le festival, qui peuvent être proposés à d’autres festivals », a souligné Adama Traoré. Il a mis l’accent sur le viol et sur la crise multidimensionnelle au Mali.

A cet effet, Adama Traoré a souhaité le vivre ensemble. En outre, il a invité les uns et les autres à une utilisation judicieuse des réseaux sociaux. Le cinéaste burkinabé Ildevert Méda, Comédien, écrivain et metteur en scène, a précisé que ce sont des rencontres de ce genre qui permettent aux jeunes d’échanger sur des grandes questions existentielles. «Cela a été un bonheur et un honneur pour moi d’être venu à Bamako au Mali », a-t-il dit. Par ailleurs, il a signalé que l’intégration culturelle dans la sous région est en marche depuis longtemps. Quant à l’ancien Premier ministre malien, Moussa Mara, il a fait savoir que la culture, c’est la piste de la renaissance Afrique.

A.S

Le Républicain Mali

Read Previous

Tiébilé Dramé lors de la commémoration du 26 mars : «Plutôt corriger les insuffisances de la démocratie que de retourner à la dictature »

Read Next

Amadou Haya Sanogo, taisez-vous …

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *