Accusé de trafic d’organes humains et de sang : Daouda Yattara dit Sitanè mis aux arrêts, son frère Abdallah dénonce un complot

Le féticheur Daouda Yattara dit Sitanè a été arrêté le lundi 8 mars 2021 par le Commissariat du 1er arrondissement de Kati. Présenté au parquet, il est inculpé pour trafic d’organes humains et de sang.

Voici les faits selon Abdallah Yattara, le grand frère à Daouda Yattara : “Le lundi 8 mars 2021, les éléments du Commissariat du 1er arrondissement de Kati sont venus avec un dispositif lourd digne d’un film hollywoodien pour l’interpeller. Dès qu’on a eu écho des faits, je suis allé à Kati. Je suis arrivé au Commissariat même avant lui. J’ai demandé au chef de la Brigade de recherche (BR) quels sont les motifs de son arrestation. Il a dit qu’il est cité dans une affaire et qu’on pouvait attendre, dès que les choses seront élucidées, ils vont nous faire le compte rendu.

Il ne m’a pas donné plus de détail et on est resté jusqu’à 17h. Mais avant, on avait eu des échos, certains parlaient d’assassinat, d’autres parlaient de tentative d’assassinat. Mais bien avant, le chef BR a photographié Daouda et a donné cette photo à Ali24 qui l’a publiée, avant qu’on nous fasse le compte rendu et avant la fin de son interrogatoire”, retrace Abdallah Yattara, le grand frère de l’accusé.

A entendre Abdallah, c’est entre 13h-14h qu’ils ont eu les échos à travers les réseaux sociaux : “On l’a berné en disant que la photo c’est juste pour le dossier. Après, il nous fait savoir qu’il y a trois personnes qui ont été appréhendées et qu’ils sont accusés de tentative de meurtre et d’assassinat et qu’ils ramènent le sang et les organes à Daouda Yattara. Le commissaire les a confrontés ensemble et cela n’a servi à rien. Le mardi matin, à ma grande surprise, le commissaire a appelé beaucoup d’organes de presse pour leur dire que Daouda Yattara est impliqué dans une affaire d’assassinat, de tentative d’assassinat, de détention illégale d’arme, de trafic d’organes humains et de sang.

Le principal accusé dit n’avoir jamais tué ni prononcé le nom de Daouda Yattara et lorsqu’on les embarquait pour le parquet j’étais présent, j’ai interpellé le commissaire Mamadou Youba Diarra par rapport aux dires de ce dernier qui affirme avoir dit le nom  de Daouda Yattara sous les coups de la pression et de la torture. Effectivement, il portait les traces de torture et il dit ne pas pouvoir pisser à cause de la torture. Le médecin au niveau de la prison centrale de Kati l’a consulté et a fait un rapport qu’il a déposé au niveau du Tribunal. Le sieur pisse même le sang“, explique-t-il. Abdallah Yattara signale que ce dernier a été amené par son propre père au commissariat pour y recevoir des corrections, après avoir blessé son grand frère. Son père l’a amené le mercredi et devait aller le chercher le vendredi. Et celui qu’on a tenté d’assassiner est présentement en formation militaire à Markala.

Lesdits faits se sont déroulés le 22 février 2021  et il est parti le 26 février.  Abdallah Yattara se demande comment quelqu’un qu’on a tenté d’égorger peut-il se retrouver dans une formation militaire tout de suite ?

A l’en croire, le premier à être interpellé est le chauffeur d’un haut gradé qui est venu le chercher au commissariat et on a promis à ce dernier qu’ils vont le libérer le vendredi.  “En réalité, ils n’ont toujours rien dit sur les raisons de son interpellation. Celui qui lui a trouvé le boulot de chauffeur tentait de l’appeler parce que son employeur s’inquiétait. C’est comme ça qu’il a été interpellé parce qu’il insistait sur les appels. Arrivé au commissariat,  ils ont dit qu’il est complice avec le premier interpellé parce qu’il n’a pas cessé de l’appeler. Le troisième a été interpellé suite au deuxième parce que celui-ci n’arrêtait pas d’appeler aussi. A son arrivée, on lui a dit qu’il a tué avec les deux autres et il dit n’avoir jamais tué. C’est sous les coups de la torture qu’ils ont parlé de Daouda Yattara. L’un d’eux a été arrêté parce qu’il a le numéro de téléphone de Daouda Yattara”, s’attriste le grand frère à Daouda Yattara.

Il continue en ces termes : “Certains disent que le chef BR n’est pas à son premier coup et que si on porte plainte, ils vont venir témoigner. L’opinion nationale est choquée par cette affaire. Le mandat de dépôt qui accompagne Daouda à la Maison centrale d’arrêt de Bamako ne parle que d’assassinat, de tentative d’assassinat et coups et blessures volontaires et non de trafic d’organes humains et de sang.

Dans un pays de droit, comment un officier supérieur, un assermenté, peut-il se permettre de mentir comme ça ? Lorsqu’un de nos cousins a appelé le commissaire Mamadou Youba Diarra de la France, il a dit qu’il n’a jamais parlé de trafic d’organes humains ou de sang à qui que ce soit, alors que moi je possède ces éléments vidéos. Mamadou Youba Diarra a affirmé que c’est la cellule de communication du ministère de la Justice qui a demandé à ce que la presse vienne pour filmer “, s’indigne Abdallah Yattara.

Il poursuit que cette affaire est un coup monté par le commissaire du 1er arrondissement de Kati, Mamadou Youba Diarra et Daouda Yattara a porté plainte, le jeudi 18 mars 2021 contre lui, le chef BR et ses éléments et les organes audiovisuels qui ont diffusé l’élément. Abdallah Yattara notifie que le commissaire Mamadou Youba Diarra est sorti de prison en faveur du coup d’Etat de 2012. Il était arrêté pour tentative de déstabilisation de l’Etat et que ce dossier concernait 10 accusés dont un policier, un civil et 8 militaires.

“Si c’est réellement un réseau comme ils le disent, le premier a été inculpé le 23 février, alors que Daouda Yattara l’a été le 8 mars. Je certifie qu’ils se connaissent, mais ça faisait environ 9 mois qu’ils ne se sont pas vus. Komo Coulibaly est accusé de l’assassinat de Alassane Koné du 31 juillet au 1er août 2020 à N’Tominikoro. Ledit Komo Coulibaly s’est marié le 2 juillet, il est parti à Kayes le 22 juillet et il y a fait à peu près un mois. Il a même fourni les billets aller-retour à la police et cela se trouve dans les pièces à conviction. Ils l’ont arrêté parce que son père l’a amené pour qu’on le corrige parce qu’il a blessé son frère. C’est là que la police l’a arrêté parce qu’ils sont à la recherche de l’auteur de ce crime.

Le frère de Daouda Yattara clarifie que depuis sa sortie de prison, Daouda n’est jamais sorti la nuit et qu’il commençait même à se retirer de ce métier de féticheur. “Il fait l’élevage depuis un moment et cela lui réussit vraiment. Chaque fois, il me dit que leur boulot n’a pas d’avenir et c’est ce qui me choque dans cette affaire, juste le moment où il se retire de cette vie, on l’accuse de ces crimes abominables. Je mets ma main sur le courant, mon frère et les autres accusés ne sont pas coupables des  faits qui leurs sont reprochés. Et je demande aux autorités judiciaires de reprendre l’enquête parce que ce commissariat est défaillant. Ils ne font que torturer les gens pour qu’ils passent aux aveux.  Daouda Yattara est victime d’un préjugé, sinon il n’est impliqué ni de loin ni de près dans cette affaire”, a-t-il fait savoir, avant d’ajouter : “Lors de la perquisition de la maison de Daouda Yattara, ils n’ont trouvé qu’une carabine chinoise et une tenue militaire en grand boubou, sinon tout le reste dont ils font état ne lui appartient pas”, a conclu Abdallah Yattara.

Pour le moment, l’affaire est entre les mains de la justice. On se rappelle que l’homme de Sitanèbougou a été en prison en 2005 pour assassinat de Kassim Camara dit Dafara. A l’époque, il en a pris pour 5 ans suite à sa comparution à la barre de la Cour d’assises de Bamako.

               Marie DEMBELE

Aujourd’hui – Mali

Read Previous

Besoins estimes a 120 milliards, mais seulement 10 % mobilises

Read Next

26 Mars 1991 : Le jour où ATT a balisé la démocratie au Mali, il y a 30 ans !

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *