Face à la cherté de la vie : Le gouvernement s’impose des sacrifices au niveau des recettes fiscales

Même si les initiatives de dialogue du gouvernement ont permis de faire baisser la tension sociale, il faut reconnaître que le coût de la vie est aujourd’hui insupportable pour la grande majorité des ménages du pays. Les prix ne cessent de prendre l’ascenseur à seulement quelques semaines du mois béni du ramadan. Heureusement que Moctar Ouane et son équipe sont conscients des difficultés de leurs concitoyens et sont à pied d’œuvre pour les soulager.

«Je ne connais pas de produit ou de denrée sur le marché qui n’a pas enregistré une hausse d’au moins 25 F Cfa ces derniers jours» ! Le coup de gueule est d’une brave mère de famille du retour du marché avec son panier presque vide. «Le chef a beau augmenter la dépense quotidienne, il est impossible de remplir aujourd’hui le panier à hauteur de souhait», déplore-t-elle avec beaucoup d’amertume.

La cherté de la vie était d’ailleurs l’un des thèmes abordés la semaine dernière par le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Porte-parole du gouvernement, Mohamed Salia Touré, au Centre d’information gouvernementale du Mali (CIGMA). Il a surtout été question des mesures prises par le gouvernement en vue de la baisse des prix des denrées de première nécessité. C’est pourquoi le jeune porte-parole du gouvernement était accompagné devant la presse par son homologue du de l’Industrie, du Commerce et de la Promotion des investissements, M. Arouna Niang.

Le point de presse a essentiellement porté sur une communication verbale introduite par ce dernier pour mieux informer le Conseil des ministres de la situation des prix des produits de première nécessité au plan national et international.

Le ministre Arouna Niang a donc donné des éclaircissements sur les raisons de la hausse des prix des produits de première nécessité sur la base des analyses faites par son cabinet. Il a rappelé que le Covid-19 a frappé tous les pays du monde, sans exception, impactant à la fois l’offre et la demande des produits. Sans compter que certaines mesures d’accompagnement prises par des gouvernements ont augmenté la demande des pays pendant que le Covid-19 a réduit l’offre. Ce qui a naturellement a entraîné la hausse des coûts de production, des transports internationaux…, donc  naturellement du prix de vente aux consommateurs.

Le Mali important l’essentiel de ses besoins de consommation, cela a eu des répercussions très rapidement sur les prix. «Nous avons un système de surveillance des prix au niveau de la Direction du commerce et de la concurrence qui porte sur 11 produits de première nécessité. Et une certaine hausse a été constatée certains produits», a expliqué le ministre Niang en faisant notamment allusion au pain qui est l’aliment de base pour beaucoup de Maliens. La miche de pain est ainsi passée de 250 à 300 F CFA dans la capitale.

Des sacrifices au niveau des recettes fiscales

Et pour faire baisser le prix, le gouvernement a prévu de consentir des sacrifices au niveau de la fiscalité en abandonnant par exemple la TVA sur l’importation de la farine. La seconde mesure a été le dialogue avec les acteurs du secteur de la boulangerie. Ce qui a permis de convaincre une grande partie des boulangers à revenir au prix de 250 Fcfa. D’autres ont demandé un temps de réflexion.

Par rapport à la viande, le ministre en charge du Commerce a expliqué que la hausse est en grande partie interne. Selon lui, l’aliment bétail vient du coton dont la production nationale a connue une très forte baisse de la production cette année. Cela a naturellement eu répercussion sur l’approvisionnement des différentes huileries, donc sur l’aliment-bétail. «A ce niveau, l’effort de l’Etat a consisté à suspendre la TVA sur les importations de graine de coton», assuré M. Niang qui espère que cette mesure aura «un effet dépressif» sur les prix au niveau de l’huile et de l’aliment bétail.

En attendant, le Commissariat à la sécurité alimentaire (CSA), a procédé à des donations gratuites d’aliment bétail aux éleveurs au nom du gouvernement afin de faire baisser le prix de la viande. Quant au riz, la variété la plus consommée est la brisure à 25 %. Et pour cette qualité, «il sera appliqué une baisse de 50 % de la base taxable sur une quantité de 250.000 tonnes».

Le ministre Mohamed Salia Touré a fait le point des stocks de produits disponibles afin de rassurer les populations. Ceux-ci qui peuvent approvisionner les marchés pendant 17 jours pour le riz, 92 jours pour le sucre, 59 jours pour le lait en poudre, 63 jours pour la farine et 44 jours pour l’huile alimentaire. Ce qui doit naturellement laisser peu de place à la surenchère des commerçants.

Naby

Le Matin

Read Previous

Projet de nouvel INA : Une volonté de doter le pays d’une infrastructure académique ultramoderne

Read Next

Edito : Le 26 Mars 1991 en passe d’être classé dans les oubliettes

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *