URGENT :

Enfants dans la rue « Commerce des maîtres coraniques»

Fin de mandat du Médiateur de la République du Mali : Baba Akhib produit un rapport sur le septennat 2013-2020

Un signe de l’apogée des forces du mal « Un aveugle mental est pire qu’un aveugle physique »

Farabougou : L’armée malienne largue des vivres

Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme Le choix de Mme Kadiatou Konaré suscite de l’espoir

Marche des administrateurs : « Les babas coumandans » en colère

Les préparatifs des examens de fin d’année : les élèves maliens entre angoisses et incertitudes

La production de coton : Baisse de 75 %

Crise au conseil national du patronat du mali : Le premier défi judiciaire de la transition

ANPE : Visite de terrain des réalisations au titre de 2020 !

Transition au Mali Le Hcua hérite désormais du Commissariat à la Sécurité Alimentaire à travers Redouane Ag Mohamed Ali !

L’escroc se faisait passer pour Alou Badara Haïdara dit «ABH» : Il a soutiré beaucoup d’argent à ses victimes

Ségou : Arrestation d’Oumar Barry, l’agresseur du Bar d’or

Mamadou Synsi coulibaly et Amadou Diadie Sangaré A qui la légitimité du fauteuil du CNPM?

Fuite des sujets du def-2020 Le ministère de l’Éducation nationale dans la dénégation

Marche à Bamako : les préfets et sous-préfets menacent de prendre en otage le fonctionnement de l’État

Nouvelles Technologies Les réseaux sociaux, danger public ou distraction?

Medias/Telé ; Lancement de “Acces” pour la promotion des télés privées au Mali

Scandale à Orange mali : gestions des ressources humaines : Comment Orange-Mali pressurise ses employés

CENOU : Ce qu’il faut savoir de la gestion de la bancarisation des allocations financières des étudiants avec SAMA MONEY

Education : Bien parti pour encore sauver l’année scolaire

Le président de la transition face au gouvernement «Le combat contre le fléau de la corruption sera sans concession aucune»

Gouvernement de transition Mohamed Chérif Haïdara déplore la mise à l’écart de la diaspora

Gestion de la transition : N’est pas ATT qui veut !

Issa Kaou Djim : Ce danger politique N°1

La junte toujours présente dans le jeu politique Ces quelques éléments qui éveillent des soupçons

Contexte sociopolitique du Mali La vision prémonitoire de Mamadou Igor Diarra

Direction administrative et financière de la primature : 1 417 339 068 FCFA d’irrégularités financières décelées par le BVG

Condamnée à payer 200 millions de Fcfa à Boubacar Djigué qui avait saisi ses comptes La Somapep-sa déboutée par la Cour d’Appel qui ordonne le paiement des sommes par les banques

7eme édition grand prix du président du CNOSM : Madou Diallo de Wassa Mining surclasse ses adversaires

Les humeurs de Facoh : “La transitionnite”

Banconi-Zékénékorobougou : Elle profite du voyage de son époux pour contracter un second mariage

Conseil national du patronat du Mali : Mamadou Sinsy Coulibaly réélu pour un nouveau mandat de 5 ans

Rapport du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres sur le Mali : 343 attaques, 375 civils tués, 450 blessés et 93 enlevés durant les trois derniers mois

Probable libération de Soumaïla Cissé : Un coup de maître pour les autorités de la transition malienne

Corruption et enrichissement illicite au Mali : La Justice sur les traces de trois fonctionnaires milliardaires qui légué des maisons à leurs propres enfants mineurs

Gouvernement de transition : Une équipe taillée sur la volonté d’union et d’unité des maliens

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Pr. Amadou Keïta, un émérite à la tête du département

Réseaux sociaux : Une mine d’or pour Malick Konaté

PM Moctar Ouane aux membres de son gouvernement : « Nous devons agir efficacement… »

Malick Alhousseini, le profil doré

Suite aux avancées notables vers la normalisation constitutionnelle : La CEDEAO lève toutes ses sanctions contre le Mali

Ageroute: Environ 900 millions d’irrégularités financières

Mise en place du nouveau gouvernement : Une délégation du CSDM reçue par le premier ministre Moctar Ouane

Gestion de la transition : La Cour suprême déclare la prééminence de la charte de la Transition sur la constitution de 1992

Edito : Trop dit ! Rien vu ! Il est temps et c’est le maintenant « Un seul doigt ne peut prendre le poids »

Production de riz : Une belle récolte s’annonce

Annexion d’une partie du territoire malien par l’Algérie Ce qui était vrai avant, l’est tout autant aujourd’hui

L’Assemblée Générale statutaire de renouvellement du bureau du CNPM est convoquée pour ce jeudi 8 octobre Mamadou Sinsi Coulibaly, toujours candidat à sa propre succession

Oxyjeunes : Covid-19 et Droits des enfants

Incarcération du président de l’APCAM Un proche de Bakary Togola accuse l’ex-Premier ministre Boubou Cissé « Les 54 milliards Fcfa de subvention des intrants en cause »

Le PDG de l’OPAM Réagit au rapport de Vérification Financière DU BVG « L’irrégularité relative au non-reversement des recettes de 721 millions FCFA à la CSA a été entièrement corrigée »

Mme barry Aminata Touré met en garde « Nous ne tolérons plus les agissements de Mme Dembelé Oulématou Sow au nom de la Cafo »

Hôpital Gabriel Touré : Les travailleurs projettent une grève de 3 jours à partir du 20 octobre

Pseudo élection au Conseil National du Patronat du Mali Cinq questions majeures au Président auto-proclamé du CNPM

Mot de la semaine : Sanctions

Plus de 895 millions FCFA évaporés dans la gestion du fonds d’entretien routier : Le DG de l’AGEROUTE face à l’ardoise de son prédécesseur

Douanes : Le CNSP félicite la direction générale des douanes pour ses performances

Santé: Une épidémie de paludisme affecte les populations du nord

Moctar OUANE : tout le mal qu’on lui souhaite !

Ministère de la Défense: Le dossier des faux contrats de 785 millions FCFA donne la poisse au DFM

Moctar Ouane, Premier ministre de la transition : Le M5-RFP victime de sa soif du pouvoir

Emergence de la démocratie au Mali : ATT s’insurge contre les coups d’Etat

Koulouba : Le Président Bah N’daw reçoit l’ambassadeur de la France au Mali

Office des produits agricoles du Mali (OPAM) : Plus de 800 millions de FCFA d’irrégularités financières constatées par le BVG

Site d’orpaillage de In-tillit dans la Région de Gao : La destination fructueuse pour les transporteurs

Transition au Mali : La CEDEAO disposée à obtenir la version finale et officielle de la Charte

Universités, Instituts et Grandes Ecoles : Suspension des activités pédagogiques par l’AEEM

Pour avoir tué son copain “Levieux” à cause de 200 FCFA : Le jeune Youssouf Coulibaly condamné à 5 ans de prison

Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM) : Le Musée olympique du Mali et le siège de l’Académie nationale olympique du Mali officiellement inaugurés !

Des fonds dilapidés, plus de 200 millions Fcfa extorqués des factures des commerçants de maïs, disparition mystérieuse du négociant Salif Bagayoko… “Maïs-gate”, le nouveau scandale qui éclabousse le secteur agricole

Cour d’assises : Peine de mort pour un serial killer

Décryptage : N’Daw/Goïta : écrire un nouveau contrat politique

60ème anniversaire de l’indépendance du Mali : Un défilé militaire sobre à Bamako

Conséquence de l’embargo : Les recettes douanières chutent de 47,4 milliards à 40,3 milliards de FCFA

Approvisionnement de certains marchés en denrées : Les stocks sont rassurants

Discours à la nation du président du CNSP, son excellence le colonel Assimi Goita à l’occasion du 22 septembre 2020

Médias : le monitoring des télévisions sur le Covid19

…Mohamed Kagnassy, Pdg de West Wind Industrie : “La technologie digitale est essentielle à la modernisation de notre agriculture”

Plan de transition au Mali : La junte dévoile son agenda caché… controverses entre les leaders du M5-RFP…

Financement du terrorisme au Sahel : Lettre ouverte à Madame la Ministre des armées françaises, Florence Parly

Ambassade du Mali en Éthiopie ; Plus de 2 milliards FCFA d’abonnements ‘’Canal’’ accordés au personnel diplomatique

Ça se passe au grin : Le devenir du M5-RFP inquiète

La téléphonie : Un levier efficace pour la réduction de la pauvreté au Mali

24 octobre 2020

La chasse policière aux vignettes factices

Par-delà les services fiscaux de l’Etat et des collectivités, les effets du Coronavirus font rage dans l’existence quotidienne certaines catégories socioprofessionnelles. Il s’agit notamment de la police routière, qui est habituée à vivre plus de ce créneau que de ses rétributions régulières. En effet, avec la renonciation aux vignettes de l’exercice en cours pour les engins à deux roues, les agents n’ont visiblement d’autre choix que de rançonner les usagers les moins avertis. On aura remarqué que les contrôles ne sont plus diurnes et s’opèrent nuitamment, sans doute pour se mettre à l’abri des bruyantes indiscrétions. Les usages nocturnes de la route font ainsi plus les frais des tracasseries policières spontanées qui ont tout l’air de rackets en règle, consistant à immobiliser les moins avertis pour défaut de vignettes 2020. Elle n’est pourtant facultatives, et pour cause : les autorités du district en avaient suspendu le paiement avant la date butoir pour cause de Coronavirus et les attroupements que le paiement suscite. Il n’en demeure pas moins que les rançonneurs ne sont jamais à court d’arguments leur permettant de récupérer partie des gains que leur enlève la mesure dérogatoire. Il arrive même que l’usager soit interpellé sur les raisons pour lesquelles il ne s’est pas procuré la vignette de l’année en cours avant l’échéance. Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de rage, un adage qui prospère avec le sentiment de terreur créé par l’avènement d’un pouvoir militaire.

Entre responsabilités politique et militaire

Les victimes des manifestations anti-IBK ne sont pas aussi reléguées aux oubliés qu’on se l’imagine. Par-delà la prière collective organisée par l’imam Mahmoud Dicko en leur mémoire, elles ont mérité d’autres égards lors des concertations nationales. Des voix se sont élevées, en effet, pour réclamer que toute la lumière soit faite sur les circonstances dans lesquelles se sont déroulées les tueries de juillet consécutives à la désobéissance civile. Il était question, en clair, d’introduire le sujet dans la feuille de la transition, mais la suggestion n’a pas manqué de rencontrer une vive réaction de la part des participants militaires aux concertations. Il nous revient de source bien introduite que les représentants de la junte ont balayé d’un revers de la main toute velléité investigatrices sur lesdits événements tragiques en concédant, toutefois, que ne soient retenues que les seules responsabilités politiques y afférentes. De quoi laisser subodorer une crainte en rapport avec des bévues sécuritaires.

Les effets du coup d’Etat commencent par Gao 

En plus de l’insécurité et des affrontements intercommunautaires, la Cité des Askia est frappée de plein fouet par une cherté de la vie. D’abord imputable à l’affluence démographique due à l’exploitation aurifère porteuse d’inflation, le phénomène s’est dangereusement aggravé avec l’embargo que la Cedeao a infligé au pays, en réponse au coup d’Etat militaire du 18 Août dernier. Mais pas seulement. Aux incidences des sanctions sous-régionales sur l’approvisionnement de la 7 ème région s’ajoute une économie régionale qui subit de plein fouet les effets de la suspension de nombreux projets par les partenaires occidentaux, lesquels assurent la plupart des services sociaux de base et soutiennent l’essentiel des activités génératrices de revenus. A une cherté de la vie induite aux distorsions de l’offre se greffe ainsi une consommation régionale fortement affectée par une baisse drastique du pouvoir d’achat causée par la cessation des activités de plus en plus insupportable. A un point tel qu’à la misère de la capitale pourrait en rajouter une forte vague de déplacés de Gao vers Bamako si les effets du coup d’Etat se prolongeaient.

La mesure peu responsable des colonels putschistes 

Les tombeurs d’IBK n’ont cessé d’exceller dans l’art d’attirer la vindicte populaire au régime déchu. Un intrigant épisode de cette posture aura retenu les attentions, la semaine dernière, avec le rappel par les hommes forts de Kati de toutes les automobiles détenues par les parlementaires et les ministres. Il n’en fallait pas plus pour que leurs détenteurs se bousculent au portillon de la restitution des biens publics, avec un engouement à rappeler «le bûcher des vanités». La démarche n’aura pour autant pas épargné aux responsables concernés des jets de pierres de la part de ceux qu’on a voulu monter contre eux. En atteste la charge d’opprobre de dramatisation ayant inondé les réseaux sociaux sur le nombre de véhicules rendus par certaines personnalités. La demie dizaine pour certains, la dizaine pour d’autres; de quoi révéler l’ampleur de la frustration qui anime certains Maliens contre leurs concitoyens. Seulement voilà : l’opération haineuse de la junte n’est digne de reproches. Et pour cause, les véhicules ciblés ont été rendus et réceptionnés sans aucune précaution ni regard sur leur état alors que leurs utilisateurs ont pu remettre des carcasses à la place de bagnoles toutes neuves, notamment par subtilisations de pièces détachées ou de moteurs entiers, etc. Décidément, la restauration de la gouvernance n’est pas une mince affaire.

Quand la terreur change de camp à Koro 

Naguère sous contrôle des milices locales jusque dans l’expression des suffrages, le Cercle de Koro, selon nos sources, a définitivement quitté le joug de Dan Nan Ambassagou pour la bannière de leurs adversaires djihadistes. C’est la conséquence, selon nos sources, d’une perte considérable de terrain par la milice dogonne au profit des islamistes, qui font actuellement main-basse sur la quasi-totalité des contrées de la zone. Nos sources affirment, en tout cas, que la milice qui faisant sa loi – en polarisant les présomptions de massacres ethniques – a disparu sans laisser de traces. Les récentes dénonciations des experts de l’ONU sont-elles passées par là ? Il nous revient, en tout cas, que le vide laissé par le retrait de Youssouf Toloba et consorts a été vite comblé par leurs adversaires à coups de pactes passés avec les différentes communautés pour leur permettre de mener leurs activités socio-économiques sans entraves. Et l’avènement du nouveau pouvoir, conviennent les observateurs, se caractérise par une nette diminution de phénomènes néfastes tels les vols et extorsions de bétail, les attaques et incendies de villages, les obstacles aux activités champêtres, etc.

La sentinelle

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

Issa Kaou Djim : Ce danger politique N°1

Read Next

Gestion de la transition : N’est pas ATT qui veut !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular