URGENT :

Enfants dans la rue « Commerce des maîtres coraniques»

Fin de mandat du Médiateur de la République du Mali : Baba Akhib produit un rapport sur le septennat 2013-2020

Un signe de l’apogée des forces du mal « Un aveugle mental est pire qu’un aveugle physique »

Farabougou : L’armée malienne largue des vivres

Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme Le choix de Mme Kadiatou Konaré suscite de l’espoir

Marche des administrateurs : « Les babas coumandans » en colère

Les préparatifs des examens de fin d’année : les élèves maliens entre angoisses et incertitudes

La production de coton : Baisse de 75 %

Crise au conseil national du patronat du mali : Le premier défi judiciaire de la transition

ANPE : Visite de terrain des réalisations au titre de 2020 !

Transition au Mali Le Hcua hérite désormais du Commissariat à la Sécurité Alimentaire à travers Redouane Ag Mohamed Ali !

L’escroc se faisait passer pour Alou Badara Haïdara dit «ABH» : Il a soutiré beaucoup d’argent à ses victimes

Ségou : Arrestation d’Oumar Barry, l’agresseur du Bar d’or

Mamadou Synsi coulibaly et Amadou Diadie Sangaré A qui la légitimité du fauteuil du CNPM?

Fuite des sujets du def-2020 Le ministère de l’Éducation nationale dans la dénégation

Marche à Bamako : les préfets et sous-préfets menacent de prendre en otage le fonctionnement de l’État

Nouvelles Technologies Les réseaux sociaux, danger public ou distraction?

Medias/Telé ; Lancement de “Acces” pour la promotion des télés privées au Mali

Scandale à Orange mali : gestions des ressources humaines : Comment Orange-Mali pressurise ses employés

CENOU : Ce qu’il faut savoir de la gestion de la bancarisation des allocations financières des étudiants avec SAMA MONEY

Education : Bien parti pour encore sauver l’année scolaire

Le président de la transition face au gouvernement «Le combat contre le fléau de la corruption sera sans concession aucune»

Gouvernement de transition Mohamed Chérif Haïdara déplore la mise à l’écart de la diaspora

Gestion de la transition : N’est pas ATT qui veut !

Issa Kaou Djim : Ce danger politique N°1

La junte toujours présente dans le jeu politique Ces quelques éléments qui éveillent des soupçons

Contexte sociopolitique du Mali La vision prémonitoire de Mamadou Igor Diarra

Direction administrative et financière de la primature : 1 417 339 068 FCFA d’irrégularités financières décelées par le BVG

Condamnée à payer 200 millions de Fcfa à Boubacar Djigué qui avait saisi ses comptes La Somapep-sa déboutée par la Cour d’Appel qui ordonne le paiement des sommes par les banques

7eme édition grand prix du président du CNOSM : Madou Diallo de Wassa Mining surclasse ses adversaires

Les humeurs de Facoh : “La transitionnite”

Banconi-Zékénékorobougou : Elle profite du voyage de son époux pour contracter un second mariage

Conseil national du patronat du Mali : Mamadou Sinsy Coulibaly réélu pour un nouveau mandat de 5 ans

Rapport du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres sur le Mali : 343 attaques, 375 civils tués, 450 blessés et 93 enlevés durant les trois derniers mois

Probable libération de Soumaïla Cissé : Un coup de maître pour les autorités de la transition malienne

Corruption et enrichissement illicite au Mali : La Justice sur les traces de trois fonctionnaires milliardaires qui légué des maisons à leurs propres enfants mineurs

Gouvernement de transition : Une équipe taillée sur la volonté d’union et d’unité des maliens

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Pr. Amadou Keïta, un émérite à la tête du département

Réseaux sociaux : Une mine d’or pour Malick Konaté

PM Moctar Ouane aux membres de son gouvernement : « Nous devons agir efficacement… »

Malick Alhousseini, le profil doré

Suite aux avancées notables vers la normalisation constitutionnelle : La CEDEAO lève toutes ses sanctions contre le Mali

Ageroute: Environ 900 millions d’irrégularités financières

Mise en place du nouveau gouvernement : Une délégation du CSDM reçue par le premier ministre Moctar Ouane

Gestion de la transition : La Cour suprême déclare la prééminence de la charte de la Transition sur la constitution de 1992

Edito : Trop dit ! Rien vu ! Il est temps et c’est le maintenant « Un seul doigt ne peut prendre le poids »

Production de riz : Une belle récolte s’annonce

Annexion d’une partie du territoire malien par l’Algérie Ce qui était vrai avant, l’est tout autant aujourd’hui

L’Assemblée Générale statutaire de renouvellement du bureau du CNPM est convoquée pour ce jeudi 8 octobre Mamadou Sinsi Coulibaly, toujours candidat à sa propre succession

Oxyjeunes : Covid-19 et Droits des enfants

Incarcération du président de l’APCAM Un proche de Bakary Togola accuse l’ex-Premier ministre Boubou Cissé « Les 54 milliards Fcfa de subvention des intrants en cause »

Le PDG de l’OPAM Réagit au rapport de Vérification Financière DU BVG « L’irrégularité relative au non-reversement des recettes de 721 millions FCFA à la CSA a été entièrement corrigée »

Mme barry Aminata Touré met en garde « Nous ne tolérons plus les agissements de Mme Dembelé Oulématou Sow au nom de la Cafo »

Hôpital Gabriel Touré : Les travailleurs projettent une grève de 3 jours à partir du 20 octobre

Pseudo élection au Conseil National du Patronat du Mali Cinq questions majeures au Président auto-proclamé du CNPM

Mot de la semaine : Sanctions

Plus de 895 millions FCFA évaporés dans la gestion du fonds d’entretien routier : Le DG de l’AGEROUTE face à l’ardoise de son prédécesseur

Douanes : Le CNSP félicite la direction générale des douanes pour ses performances

Santé: Une épidémie de paludisme affecte les populations du nord

Moctar OUANE : tout le mal qu’on lui souhaite !

Ministère de la Défense: Le dossier des faux contrats de 785 millions FCFA donne la poisse au DFM

Moctar Ouane, Premier ministre de la transition : Le M5-RFP victime de sa soif du pouvoir

Emergence de la démocratie au Mali : ATT s’insurge contre les coups d’Etat

Koulouba : Le Président Bah N’daw reçoit l’ambassadeur de la France au Mali

Office des produits agricoles du Mali (OPAM) : Plus de 800 millions de FCFA d’irrégularités financières constatées par le BVG

Site d’orpaillage de In-tillit dans la Région de Gao : La destination fructueuse pour les transporteurs

Transition au Mali : La CEDEAO disposée à obtenir la version finale et officielle de la Charte

Universités, Instituts et Grandes Ecoles : Suspension des activités pédagogiques par l’AEEM

Pour avoir tué son copain “Levieux” à cause de 200 FCFA : Le jeune Youssouf Coulibaly condamné à 5 ans de prison

Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM) : Le Musée olympique du Mali et le siège de l’Académie nationale olympique du Mali officiellement inaugurés !

Des fonds dilapidés, plus de 200 millions Fcfa extorqués des factures des commerçants de maïs, disparition mystérieuse du négociant Salif Bagayoko… “Maïs-gate”, le nouveau scandale qui éclabousse le secteur agricole

Cour d’assises : Peine de mort pour un serial killer

Décryptage : N’Daw/Goïta : écrire un nouveau contrat politique

60ème anniversaire de l’indépendance du Mali : Un défilé militaire sobre à Bamako

Conséquence de l’embargo : Les recettes douanières chutent de 47,4 milliards à 40,3 milliards de FCFA

Approvisionnement de certains marchés en denrées : Les stocks sont rassurants

Discours à la nation du président du CNSP, son excellence le colonel Assimi Goita à l’occasion du 22 septembre 2020

Médias : le monitoring des télévisions sur le Covid19

…Mohamed Kagnassy, Pdg de West Wind Industrie : “La technologie digitale est essentielle à la modernisation de notre agriculture”

Plan de transition au Mali : La junte dévoile son agenda caché… controverses entre les leaders du M5-RFP…

Financement du terrorisme au Sahel : Lettre ouverte à Madame la Ministre des armées françaises, Florence Parly

Ambassade du Mali en Éthiopie ; Plus de 2 milliards FCFA d’abonnements ‘’Canal’’ accordés au personnel diplomatique

Ça se passe au grin : Le devenir du M5-RFP inquiète

La téléphonie : Un levier efficace pour la réduction de la pauvreté au Mali

25 octobre 2020

Contexte sociopolitique du Mali La vision prémonitoire de Mamadou Igor Diarra

« Le Mali d’aujourd’hui ressemble au patient agonisant aux urgences d’un hôpital sans médecin ni infirmier de garde. Cela doit changer ». C’est le cri de cœur que lance Mamadou Igor Diarra dans son livre « C’est possible au Mali » dont nous avons publié des extraits dans les colonnes de ce journal, en son temps. En écoutant les uns et les autres s’exprimer en cette période de transition politique, nous avons l’impression que chacun, de son côté, confirme ce que Mamadou Igor Diarra a écrit dans ce livre dont la trame est l’exposé magistral d’une vision prémonitoire qui commence à se réaliser avec le contexte sociopolitique actuel du Mali.

Pour Mamadou Igor Diarra, « le Mali est riche, riche de sa jeunesse, de sa nature généreuse et d’un héritage culturel phénoménal. Mais son trésor est encore caché…c’est à notre génération et aux suivantes de le déterrer et de le faire fructifier ». C’est pourquoi, il rêve d’un Mali ayant retrouvé sa grandeur. C’est certes un rêve, mais réalisable. Ne sommes-nous pas aujourd’hui dans cette dynamique ?

« Rien ne pourra être entrepris sans l’engagement citoyen du peuple, sans l’imagination créative de ceux qui produisent la richesse par leur travail, sans leurs investissements aussi ». C’est la conviction de Mamadou Igor Diarra. En plus, ajoute-t-il : « Pour permettre à notre Mali de franchir une nouvelle étape de son histoire, il est vital de répondre d’urgence aux attentes essentielles, de rétablir le contact et la confiance entre un monde politique renouvelé, vraiment engagé dans sa mission d’intérêt général, et un peuple réconcilié, bien dans sa peau ».

C’est que, pour le Banquier émérite et deux fois ministres au Mali, l’expérience qui l’a cumulée à la fois dans le secteur privé et en matière de gestion des affaires publiques l’amène à dire que nous pouvons « rêver et construire ensemble le Mali » à condition de « soigner les déviances du pouvoir ».

Comme il le précise dans le livre : « Au-delà des règles de la démocratie et des pouvoirs de l’exécutif fixés par la Constitution, l’environnement de nos gouvernants entrave leur capacité à diriger efficacement dans le sens de l’intérêt public ».

Pour cela, Mamadou Igor Diarra a identifié sept (7) limites non exhaustives qu’il dit avoir expérimentées pour arriver à la certitude que le pouvoir doit se délester de « ses habits de cérémonie » pour enfiler « sa tenue de travail » et qu’à la place de « la dévolution aux Excellences » qu’on substitue « a mobilisation des excellents ».

Mamadou Igor Diarra appelle donc à l’action car « notre avenir est entre nos mains » écrit-il, avant d’ajouter que les urgences, si nombreuses, obligent à « porter l’effort sur l’essentiel et éviter de nous disperser ». Selon lui, en termes plus précis, la vie de nombre de nos compatriotes se résume à la débrouille au quotidien, notamment pour trouver le « prix des condiments » et qu’il faille maintenant transformer cette débrouillardise en « construction rationnelle de sa vie professionnelle et sociale ». En d’autres termes, pour construire le grand Mali dont rêve Mamadou Igor Diarra, il faut changer les comportements, rétablir la solidarité sociale, reconquérir les ressources de l’Etat et faire de notre jeunesse la priorité.

Ainsi donc, pense-t-il que « la priorité de l’action publique est la quête rapide de la prospérité : moderniser l’Etat pour lui permettre de véritablement favoriser la production des richesses et les conditions de création d’emplois ». Pour cela, soutient-il, la forme décentralisée et déconcentrée de l’Etat peut constituer « une opportunité d’efficacité », si elle est « bien agencée » et accompagnée de « l’implication plus systématique des acteurs concernés ».

Justice « dans le sens d’égalité de traitement pour tous »

Après avoir rendu hommage aux opérateurs économiques du Mali dont le rayonnement de certains est « perceptible au-delà de nos frontières » Igor, comme on l’appelle parfois affectueusement, en appelle au soutien du secteur privé, lequel, précise-t-il, « sera pourvoyeur d’emplois et créateur de richesses ».

Mais fait-il remarquer, il faut résoudre la question de la justice qui est « tout aussi centrale » car, précise-t-il, « de grandes richesses peuvent être produites sans profiter au grand nombre ». Justice « dans le sens d’égalité de traitement pour tous », clame-t-il. Il faut donc donner de nouvelles formes à la volonté de justice sociale et de solidarité ancrée dans notre histoire ancienne. « Pas de prospérité durable si la vie économique est assujettie aux caprices d’un Etat corrompu…Pas de tranquillité familiale si la propriété d’un terrain ou d’une maison est soumise aux manigances en tous genres, qui permettent aux puissants de déloger les faibles ». Mamadou Igor Diarra prône aussi la justice dans la rémunération du travail et l’égalité des traitements entre les hommes et les femmes en matière salariale. En un mot, « il faut une loi égale et protectrice pour tous et un Etat vertueux agissant avec détermination pour la faire respecter ».

Mamadou Igor Diarra a tenu à préciser dans ce livre qu’il faut faire du rétablissement de l’unité nationale, de la paix et de la sécurité une priorité car sans elles il ne saurait y avoir de prospérité. Pour ce faire, nos forces armées et de sécurité doivent être correctement équipées et « leur chaine de commandement irréprochable, du président de la République au sous-officier et au soldat, des responsables parlementaires du contrôle public à la vigilance citoyenne face à la petite corruption qui pullule sur la voie publique ».

Un renouveau culturel

Igor a aussi pensé au versant culturel de la paix. Il écrit : « Pas un Mali sans un imaginaire commun, un imaginaire partagé, un imaginaire vivant, un imaginaire pour aujourd’hui et pour demain ». Le Mali regorge de talents (danse, musique, mode, graphisme, théâtre, artisans d’art, etc.), constate-t-il. Pour lui, l’Etat doit « donner un immense essor à leur mission » afin de construire un Mali « cimenté par une culture vivante rayonnant dans tous les cantons du pays et dans tous les continents du monde… ». Il s’agit d’un renouveau culturel !

Appliquer un traitement de choc au grand malade Mali

Mais, souligne-t-il : « Le Mali d’aujourd’hui ressemble au patient agonisant aux urgences d’un hôpital sans médecin ni infirmer de garde. Cela doit changer ». Mais si l’on veut le changement et sommes prêts à agir pour le réussir, souligne-t-il, « cela nécessite un autre état d’esprit pour appliquer un traitement de choc au grand malade Mali. » Le premier remède est le travail à effectuer sur nous-mêmes pour changer nos comportements afin d’obtenir l’engagement citoyen de chacun. Un travail qui dépend de nous, collectivement et individuellement, précise-t-il.

Après cela, il y a une nécessité de rétablir les canaux de solidarité « capables d’irriguer à la fois le cercle familial et la nation toute entière…Il faut donc identifier les espaces où l’action publique peut étendre nos solidarités culturelles, inventer les bons dispositifs et les mettre en œuvre ».

Reconquérir les ressources de l’Etat

Un autre remède dans le cadre de « la thérapie de choc seule capable d’arrêter la gangrène qui démembre le Mali », c’est de reconquérir les ressources de l’Etat car « le Trésor public est un réservoir percé » qui laisse échapper deux grosses fuites des fonds publics : les dépenses inutiles et les abus de biens publics nombreux et massifs. A titre d’exemple, Mamadou Igor Diarra écrit que « le Mali n’a pas besoin de cortèges somptueux quand ses dirigeants se déplacent ni de voyages internationaux incessants qui paralysent le sommet de l’Etat, et pas d’avantage d’une diplomatie pléthorique… ». Il évoque le parc automobile « surdimensionné en nombre et en puissance moteur ». Il ajoute que « les dépenses d’électricité, d’eau, de carburant ou de téléphonie des administrations centrales frisent parfois le délire ».

Mais, reconnaît-il, au-delà de cette thérapie, il faut impérativement mettre la jeunesse au cœur de nos actions, de ce profond changement d’esprit, si nous voulons assurer la santé de notre nation sur le long terme. Il a émis, dans ce cadre, plusieurs hypothèses pour mieux prendre en charge les préoccupations de la jeunesse.

Un bréviaire pour le changement au Mali

Comme on le voit, Mamadou Igor Diarra, à travers ce livre au titre combien mobilisateur s’il est bien compris, « C’est possible au Mali », est l’exposé d’un rêve, voire d’une vision prémonitoire car si l’on en juge par le contexte sociopolitique et les solutions préconisées çà et là, on peut dire, sans risque de se tromper, que Mamadou Igor Diarra était en avance sur la classe politique actuellement en mal de crédibilité.

Et rien que pour cela, son livre peut être un bréviaire pour le changement tant clamé au Mali. A relire donc !

 Amadou Bamba NIANG

Aujourd’hui-Mali

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

Direction administrative et financière de la primature : 1 417 339 068 FCFA d’irrégularités financières décelées par le BVG

Read Next

Réputée pour son art de la coiffure masculine Mme Diarra Nassira Kéïta, femme battante !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular