URGENT :

Le Président de l’Assep, Bassidiki Touré à la cérémonie d’ouverture de la formation de 80 Dirpub à Siby : « L’objet recherché, au sortir de cette session, c’est le professionnalisme dans le traitement de l’information »

Attaques de l’hôtel Radisson Blu et le Restaurant-Bar « La Terrasse » : Les auteurs condamnés à la peine de mort

Macron donne la parole aux musulmans du monde

Le M5-RFP fourbit ses armes : Est-ce la fin de la trêve et le début de la nouvelle bataille?

Département de la Culture, de l’artisanat et du Tourisme : Dramé Kadiatou Konaré s’enquiert de l’état de la Tour de l’Afrique

Enfants dans la rue « Commerce des maîtres coraniques»

Fin de mandat du Médiateur de la République du Mali : Baba Akhib produit un rapport sur le septennat 2013-2020

Un signe de l’apogée des forces du mal « Un aveugle mental est pire qu’un aveugle physique »

Farabougou : L’armée malienne largue des vivres

Ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme Le choix de Mme Kadiatou Konaré suscite de l’espoir

Marche des administrateurs : « Les babas coumandans » en colère

Les préparatifs des examens de fin d’année : les élèves maliens entre angoisses et incertitudes

La production de coton : Baisse de 75 %

Crise au conseil national du patronat du mali : Le premier défi judiciaire de la transition

ANPE : Visite de terrain des réalisations au titre de 2020 !

Transition au Mali Le Hcua hérite désormais du Commissariat à la Sécurité Alimentaire à travers Redouane Ag Mohamed Ali !

L’escroc se faisait passer pour Alou Badara Haïdara dit «ABH» : Il a soutiré beaucoup d’argent à ses victimes

Ségou : Arrestation d’Oumar Barry, l’agresseur du Bar d’or

Mamadou Synsi coulibaly et Amadou Diadie Sangaré A qui la légitimité du fauteuil du CNPM?

Fuite des sujets du def-2020 Le ministère de l’Éducation nationale dans la dénégation

Marche à Bamako : les préfets et sous-préfets menacent de prendre en otage le fonctionnement de l’État

Nouvelles Technologies Les réseaux sociaux, danger public ou distraction?

Medias/Telé ; Lancement de “Acces” pour la promotion des télés privées au Mali

Scandale à Orange mali : gestions des ressources humaines : Comment Orange-Mali pressurise ses employés

CENOU : Ce qu’il faut savoir de la gestion de la bancarisation des allocations financières des étudiants avec SAMA MONEY

Education : Bien parti pour encore sauver l’année scolaire

Le président de la transition face au gouvernement «Le combat contre le fléau de la corruption sera sans concession aucune»

Gouvernement de transition Mohamed Chérif Haïdara déplore la mise à l’écart de la diaspora

Gestion de la transition : N’est pas ATT qui veut !

Issa Kaou Djim : Ce danger politique N°1

La junte toujours présente dans le jeu politique Ces quelques éléments qui éveillent des soupçons

Contexte sociopolitique du Mali La vision prémonitoire de Mamadou Igor Diarra

Direction administrative et financière de la primature : 1 417 339 068 FCFA d’irrégularités financières décelées par le BVG

Condamnée à payer 200 millions de Fcfa à Boubacar Djigué qui avait saisi ses comptes La Somapep-sa déboutée par la Cour d’Appel qui ordonne le paiement des sommes par les banques

7eme édition grand prix du président du CNOSM : Madou Diallo de Wassa Mining surclasse ses adversaires

Les humeurs de Facoh : “La transitionnite”

Banconi-Zékénékorobougou : Elle profite du voyage de son époux pour contracter un second mariage

Conseil national du patronat du Mali : Mamadou Sinsy Coulibaly réélu pour un nouveau mandat de 5 ans

Rapport du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres sur le Mali : 343 attaques, 375 civils tués, 450 blessés et 93 enlevés durant les trois derniers mois

Probable libération de Soumaïla Cissé : Un coup de maître pour les autorités de la transition malienne

Corruption et enrichissement illicite au Mali : La Justice sur les traces de trois fonctionnaires milliardaires qui légué des maisons à leurs propres enfants mineurs

Gouvernement de transition : Une équipe taillée sur la volonté d’union et d’unité des maliens

Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique : Pr. Amadou Keïta, un émérite à la tête du département

Réseaux sociaux : Une mine d’or pour Malick Konaté

PM Moctar Ouane aux membres de son gouvernement : « Nous devons agir efficacement… »

Malick Alhousseini, le profil doré

Suite aux avancées notables vers la normalisation constitutionnelle : La CEDEAO lève toutes ses sanctions contre le Mali

Ageroute: Environ 900 millions d’irrégularités financières

Mise en place du nouveau gouvernement : Une délégation du CSDM reçue par le premier ministre Moctar Ouane

Gestion de la transition : La Cour suprême déclare la prééminence de la charte de la Transition sur la constitution de 1992

Edito : Trop dit ! Rien vu ! Il est temps et c’est le maintenant « Un seul doigt ne peut prendre le poids »

Production de riz : Une belle récolte s’annonce

Annexion d’une partie du territoire malien par l’Algérie Ce qui était vrai avant, l’est tout autant aujourd’hui

L’Assemblée Générale statutaire de renouvellement du bureau du CNPM est convoquée pour ce jeudi 8 octobre Mamadou Sinsi Coulibaly, toujours candidat à sa propre succession

Oxyjeunes : Covid-19 et Droits des enfants

Incarcération du président de l’APCAM Un proche de Bakary Togola accuse l’ex-Premier ministre Boubou Cissé « Les 54 milliards Fcfa de subvention des intrants en cause »

Le PDG de l’OPAM Réagit au rapport de Vérification Financière DU BVG « L’irrégularité relative au non-reversement des recettes de 721 millions FCFA à la CSA a été entièrement corrigée »

Mme barry Aminata Touré met en garde « Nous ne tolérons plus les agissements de Mme Dembelé Oulématou Sow au nom de la Cafo »

Hôpital Gabriel Touré : Les travailleurs projettent une grève de 3 jours à partir du 20 octobre

Pseudo élection au Conseil National du Patronat du Mali Cinq questions majeures au Président auto-proclamé du CNPM

Mot de la semaine : Sanctions

Plus de 895 millions FCFA évaporés dans la gestion du fonds d’entretien routier : Le DG de l’AGEROUTE face à l’ardoise de son prédécesseur

Douanes : Le CNSP félicite la direction générale des douanes pour ses performances

Santé: Une épidémie de paludisme affecte les populations du nord

Moctar OUANE : tout le mal qu’on lui souhaite !

Ministère de la Défense: Le dossier des faux contrats de 785 millions FCFA donne la poisse au DFM

Moctar Ouane, Premier ministre de la transition : Le M5-RFP victime de sa soif du pouvoir

Emergence de la démocratie au Mali : ATT s’insurge contre les coups d’Etat

Koulouba : Le Président Bah N’daw reçoit l’ambassadeur de la France au Mali

Office des produits agricoles du Mali (OPAM) : Plus de 800 millions de FCFA d’irrégularités financières constatées par le BVG

Site d’orpaillage de In-tillit dans la Région de Gao : La destination fructueuse pour les transporteurs

Transition au Mali : La CEDEAO disposée à obtenir la version finale et officielle de la Charte

Universités, Instituts et Grandes Ecoles : Suspension des activités pédagogiques par l’AEEM

Pour avoir tué son copain “Levieux” à cause de 200 FCFA : Le jeune Youssouf Coulibaly condamné à 5 ans de prison

Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM) : Le Musée olympique du Mali et le siège de l’Académie nationale olympique du Mali officiellement inaugurés !

Des fonds dilapidés, plus de 200 millions Fcfa extorqués des factures des commerçants de maïs, disparition mystérieuse du négociant Salif Bagayoko… “Maïs-gate”, le nouveau scandale qui éclabousse le secteur agricole

Cour d’assises : Peine de mort pour un serial killer

Décryptage : N’Daw/Goïta : écrire un nouveau contrat politique

60ème anniversaire de l’indépendance du Mali : Un défilé militaire sobre à Bamako

Conséquence de l’embargo : Les recettes douanières chutent de 47,4 milliards à 40,3 milliards de FCFA

Approvisionnement de certains marchés en denrées : Les stocks sont rassurants

Discours à la nation du président du CNSP, son excellence le colonel Assimi Goita à l’occasion du 22 septembre 2020

Médias : le monitoring des télévisions sur le Covid19

…Mohamed Kagnassy, Pdg de West Wind Industrie : “La technologie digitale est essentielle à la modernisation de notre agriculture”

Plan de transition au Mali : La junte dévoile son agenda caché… controverses entre les leaders du M5-RFP…

Financement du terrorisme au Sahel : Lettre ouverte à Madame la Ministre des armées françaises, Florence Parly

Ambassade du Mali en Éthiopie ; Plus de 2 milliards FCFA d’abonnements ‘’Canal’’ accordés au personnel diplomatique

Ça se passe au grin : Le devenir du M5-RFP inquiète

La téléphonie : Un levier efficace pour la réduction de la pauvreté au Mali

31 octobre 2020

Plan de transition au Mali : La junte dévoile son agenda caché… controverses entre les leaders du M5-RFP…

Rideau sur les concertations des forces vives du Mali, bonjour les polémiques sur les conclusions auxquelles elles sont parvenues.

Entre ceux des participants qui disent que le rapport final de ces assises ne reflète pas le contenu des débats et ceux qui y voient le sillon de la refondation du Mali, il y a une divergence notable dans l’appréciation des résultats de ce dialogue national. De même, entre ceux des Maliens qui clament haut et fort que la junte veut accaparer les rênes du pouvoir et ceux qui veulent d’un militaire à la tête de l’État, il y a plus que de la défiance.

Foire d’empoigne pour une charte de transition

Près d’un mois après le renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta, la junte militaire a obtenu, le 12 septembre dernier, l’adoption d’une charte politique. Dans les détails, celle-ci fixe la période de la Transition à 18 mois, indique que le Chef de l’État par intérim peut être un civil ou un militaire et que  ce dernier sera désigné par  des électeurs choisis par la Justice. À cela, il faut ajouter la création  d’un poste de vice-président et la mise en place d’un organe législatif de 125 membres.

Le Chef de la junte, le Colonel Assimi Goïta, a déclaré ceci après l’adoption de ladite charte : « Les résultats auxquels vous êtes parvenus m’autorisent à espérer l’avènement d’un Mali nouveau, démocratique, laïc, prospère, fondé sur le travail, la justice sociale et l’égalité ».

Alors que les putschistes expriment leur satisfaction quant aux résultats obtenus à l’issue des trois jours de  concertation, l’on note un autre son de cloche de la part du M5-RFP. En effet,  les camarades de l’imam Mahmoud Dicko, n’ont pas manqué de voler dans les plumes des putschistes, allant jusqu’à accuser ces derniers d’avoir manipulé les résultats  à l’effet de confisquer le pouvoir.

Les militaires ont perpétré le coup d’État pour simplement être calife à la place du Calife

Le moins que l’on puisse dire est qu’entre le M5-RFP et les putschistes, les relations commencent sérieusement et dangereusement à se tendre.  Et cela peut contribuer à compliquer davantage la situation des militaires. Déjà, au plan extérieur,  ces derniers ont maille à partir avec la CEDEAO. Si l’on ajoute à cet environnement sous régional  fortement hostile à la junte, la colère du M5, la probabilité est grande que les putschistes fuient Bamako en plein jour sans demander leur reste. Et quand on connaît la capacité de  mobilisation de la  troupe de l’Imam Dicko, on ne peut pas d’emblée écarter ce  scénario. Cela dit, les résultats des concertations maliennes ont eu l’avantage, peut-on dire, de dévoiler l’agenda caché des putschistes.

Désormais, tout le monde sait que ces derniers n’ont pas perpétré leur coup d’État pour remettre le Mali sur les rails de la bonne gouvernance et de la démocratie. Ils l’ont perpétré pour simplement être calife à la place du Calife.

Une certitude : les officiers maliens ne semblent pas pressés de rendre le pouvoir aux civils. En tout cas, l’analyse des résultats des trois jours de concertation des forces vives maliennes permettent d’accréditer cette thèse. En effet, l’illustration la plus parlante dans ce sens, est la disposition de la Charte qui veut que le président par intérim de la transition soit désigné par des électeurs choisis par la junte. L’une des grandes questions de l’après-IBK, on le sait, porte sur le profil de la personnalité qui doit conduire  la transition.  Avec cette disposition, le moins que l’on puisse dire, c’est que les putschistes maliens se sont donné les moyens légaux pour répondre  à cette question. Car, on voit mal ce fameux collège électoral, mis en place par la seule volonté des putschistes, aller contre les intérêts de ces derniers. Et pour mieux enfariner les Maliens, les putschistes ont introduit, parmi les critères de choix du président, le critère selon lequel le Chef de l’État par intérim peut être un civil ou un militaire. À ce que l’on dit, ou du moins si l’on en croit le M5-RFP, la conjonction de coordination « ou » a été frauduleusement ajoutée au texte.

Il n’y a pas de bon coup d’État

Et si ce que dit le M5-RFP est avéré, l’on peut d’ores et déjà écraser une larme pour le Mali. Car, ces hommes en uniforme sont disqualifiés pour construire le Mali nouveau. Une autre preuve que la soldatesque n’est pas venue aux affaires pour les beaux yeux du M5-RFP et pour positionner le Mali sur la voie de la démocratie, est la création du poste de vice-président. À l’analyse, ce poste a de fortes chances d’être la traduction du plan « B » de la junte. En effet, si la CEDEAO reste droite dans ses bottes quant  à son exigence de voir la transition pilotée par un civil, et la probabilité est grande qu’elle maintienne cette exigence, la junte peut, dès lors, jeter son dévolu sur la vice-présidence. Et dans un tel scénario, elle fera tout pour que le président soit un vulgaire pantin entre ses mains.

En réalité, avec l’adoption de la  Charte politique de la transition, les putschistes viennent de tomber le masque. Et c’est une bonne leçon pour tous ceux qui avaient vite fait de sauter au plafond dès l’annonce de la prise du pouvoir par la grande muette. La vérité est qu’il n’y a pas de bon coup d’État. Et le M5-RFP vient de l’apprendre à ses dépens. En tout cas, ce mouvement a été bien naïf de croire qu’il peut traiter d’égal à égal avec les putschistes. Les résultats sortis des trois jours de concertations nationales ont été franchement du gâchis et l’on peut, à juste titre, s’exclamer: tout ça pour ça !

Après le sacre, le massacre

Depuis la fin des concertations nationales sur la transition au Mali, il y a une divergence de vue au sein du M5-RFP qui se fragilise de plus en plus. Une partie du mouvement rejette les conclusions des travaux lus publiquement au CICB ce samedi 12 septembre 2020. Le communiqué signé uniquement par le Dr Choguel Kokala Maïga de la FSD dit que « le document final lu lors de la cérémonie de clôture n’était pas conforme aux délibérations issues des travaux des différents groupes ». Le communiqué ne porte que le nom de Choguel Kokala Maïga alors que presque tous les communiqués antérieurs du M5-RFP sont signés par trois personnes dont M. Issa Kaou Djim de la CMAS, M. Cheick Oumar Sissoko de EMK et M. Choguel lui-même. Une manière de rappeler qu’après le sacre, c’est le massacre. Et vice-versa.

Dans le document en question dont une partie du M5-RFP rejette la délibération finale des trois jours de dialogue, le mouvement stipule que le document ne prend pas en compte « la reconnaissance du rôle du M5-RFP et des martyrs dans la lutte du peuple malien pour le changement, le choix majoritaire d’une transition dirigée par une personnalité civile, le choix d’un Premier ministre civil », entre autres.

Division entre les leaders du M5

Le divorce est-il définitif au M5-RFP ? En tout cas, le Coordinateur de la CMAS de l’imam Mahmoud Dicko et membre influent du M5-RFP, M. Issa Kaou Djim,  insiste dans ces interviews qu’il « soutient l’armée » et se « reconnaît dans la charte ». Ce dernier est devenu très acerbes envers les autres membres du M5-RFP qu’il qualifie « de politiciens » et se démarque de leur démarche. Membre du comité stratégique du M5-RFP, Kaou Djim a martelé publiquement que « le M5-RFP est mort de sa belle mort ». Il poursuit : « Le M5 appartient au peuple malien et non aux anciens porte-paroles d’IBK. Je ne suis pas un politicien et je veux seulement aider mon peuple ». Avant d’ajouter : « Ce qui est sûr, le peuple ne veut pas de ces politiciens. Ils doivent aller à la retraite politique… »

Le M5-RFP qui a voulu être les privilégiés de la junte après le coup d’État militaire du 18 août dernier qui a précipité la démission de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keita, se retrouve divisé en son sein, après les trois jours de concertations nationales tenues à Bamako, les 10, 11 et 12 septembre 2020. Et la goutte d’eau qui fait déborder le vase serait la distribution des cartes d’invitation pour ces journées de concertations.

Un deuxième communiqué portant la signature de Dr. Choguel regrette des propos attribués à l’imam Mahamoud Dicko, autorité morale du M5-RFP par un media étranger. Au même moment, des journalistes maliens taxent les responsables du M5-RFP sur les réseaux sociaux de les avoir négligés au profit de la presse étrangère.  Un autre fait majeur est la destitution du manager de la page Facebook de la CMAS, suite à un post qui « recadre » Issa Kaou Djim après sa déclaration relative à la « mort du M5-RFP ».

En tout cas, comme on le voit bien, les forces vives du Mali n’ont pas inventé la roue en matière d’institutions républicaines. Elles ont même manqué d’originalité et surtout de précisions quant à la désignation des membres du Conseil de transition et sur la qualité des futurs présidents et vice-président du pays. On sait seulement que l’un et l’autre doivent être Maliens d’origine, civils ou militaires, et qu’ils seront désignés par le Comité national de salut du peuple. La junte est donc en pôle position pour désigner le futur chef de l’État. Ce qui n’est pas pour plaire à tout le monde, en particulier au M5-RFP, qui menace de reprendre les manifestations de rue si les militaires accaparaient les gouvernails de l’État.

On attend donc de voir non sans faire remarquer que ce serait un miracle que le CNSP parvienne à respecter les demandes de la CEDEAO pour qu’il passe la main à un président et à un premier ministre civil. Sans consensus des forces vives du pays et sous la pression de la communauté internationale, la junte lâchera-t-elle du lest ? Quand et jusqu’où ?

En attendant, il faut logiquement s’attendre à ce que la CEDEAO remonte les bretelles à la délégation de la junte militaire, à l’issue de la rencontre de ce mardi à Accra.

Jean Pierre James Le Nouveau Réveil

0 Reviews

Write a Review

Read Previous

Financement du terrorisme au Sahel : Lettre ouverte à Madame la Ministre des armées françaises, Florence Parly

Read Next

Après sa désillusion du saut dans l’inconnu, le M5-RFP prépare un autre pari très risqué : lutter et combattre les militaires du NNSP !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular